Ces articles ont bien été ajoutés à votre panier.

De sa place d’autorité … oser dire ! (Partie 2)

De sa place d'autorité ... oser dire !

De sa place d’autorité … oser dire ! (Partie 2)

« Mais comment arriver à changer toute l’humanité si cela ne commence pas par soi-même ? » Don Miguel Ruiz

Tout est en vous pour vous sentir vivant, être présent à vous-même. Et pourtant, tant de barrières, tant de barrages, de résistances, de dénis, etc… Comme si la vie qui nous a été donnée ne pouvait pas être pleinement épanouissante. Pourtant, être heureux encourage chacun à chercher cette voie du bonheur.

Quel bonheur ? Si idéalisé qu’il serait inatteignable ? Si matérialisé qu’il serait source de frustrations ? Et s’il était simplement : toucher à sa véritable nature et respecter celle des autres. S’il était : laisser passer les croyances limitantes et se remettre au travail de son Essentiel quelque soit le passé, l’ancien… et quitter que je dois tout faire pour « sauver » l’autre, sauver papa et maman… et rendre à chacun sa responsabilité de vie ? Oui, je parle de ce bonheur-là, en son nom et de sa place d’autorité pour être pleinement Soi.

Je médite en ce jour sur : « Je me donne toutes les autorisations ». Sauf celle de nuire à quiconque bien entendu.

Le changement commence par vous. Qu’est-ce qui permet le changement ? C’est la conscience de vos actes et de vos paroles.

En date du 16 juillet 2018 – Coupe du Monde de Football

J’ai « Osé dire » que cette liesse nationale n’était que superficielle et que derrière se cache un réservoir de haine…

« Cette violence autour d’un événement festif et apparemment familial en dit long sur notre société ! Dommage pour les supporters pacifiques ! Honte aux autres de semer le désordre. Toutes les manifestations publiques, Nouvel an y compris, sont le prétexte à cette violence gratuite. Cela me dépasse mais où est la racine du mal ? Un monde ultra- libéraliste qui laisse tant de gens sur le carreau ou une humanité si peu mature que le pulsionnel est toujours à l’œuvre sans discernement ? Les deux ? L’un nourrissant l’autre et réciproquement ? Continuons à en parler pour élever le débat !!! Le foot qui se devrait la version moderne des jeux antiques romains n’a même pas cette vocation qui était de défouler les foules pour canaliser une violence inhérente à notre condition humaine.

La victoire nationale du ballon rond en est la preuve ! Rien n’arrête les plus excités, lobotomisés par une haine du lien social et surfant sur les thèmes du racisme, de la religion et des inégalités pour tout simplement détruire. La sauvagerie n’est pas loin et dit bien que toutes formes de pensées même contradictoires ne sont pas possibles.

L’éducation de nos jeunes est une priorité pour une acceptation de chacun. Les écarts sociaux évidemment attisent cette haine mais il y a derrière un manque à vivre !!! Comme si l’avenir obstrué par ce que nous en disons ou ce que nous en faisons, avec toutes nos erreurs sociales et environnementales, ne permettaient plus de croire en soi et en l’autre. Alors un seul et unique cerveau, réunissant des milliers de désœuvrés et de révoltés, magma d’une transmission de cette haine, agit au nom de rien au lieu de se mobiliser pour un avenir plus réjouissant. Autant détruire plutôt que de prendre le risque du changement !!! ».

Reprendre le fil

Quant à moi je me tourne résolument vers des échanges discrets mais tenus, de ma place d’autorité. Et je vous encourage aux mêmes échanges de votre propre place d’autorité. Parce que même en minorité, vous avez une opinion qui met une étincelle de réflexion sur notre mode de vivre imposé par un plus grand nombre qui se complet encore dans l’à peu près d’une vie.

Ce sera sans doute la dernière lettre de cet été 2018 où des évènements douloureux pour moi me ramène à ce tour de cadran. De juillet 2017 à juillet 2018, une traversée teintée d’épreuves. J’ai pu m’arrimer à ma bonne nature et aux personnes ressources pour tenir au plus fort de cette tempête mon désir de vie vivante.

La liberté d’être soi-même

Ce n’est pas une évidence tant les conditionnements sont tenaces et tant nous les alimentons au nom de la famille ou de la société.

Quand je suis témoin des rassemblements où chacun ne prend pas la responsabilité de son acte et de sa parole, je me dis qu’il est vraiment important d’en parler et de regarder de plus près tous ces mécanismes à l’œuvre qui font que le collectif ne semble pas oser être chacun/chacune. Que chercher dans ces rassemblements ? la joie voire la liesse ?

Cette liesse qui serait pour moi comme une crise d’hystérie collective où la joie ne peut avoir sa place car il s’agit plutôt de débordement et de défoulement. Pour beaucoup ce n’est qu’une parenthèse et leur discernement n’est pas si loin, je l’espère. Idem pour les réseaux sociaux si nous voulons élargir le débat. Nous sommes tous le mouton de quelque chose mais nous avançons. Gardons l’espérance ! Essayons de quitter les jugements, même si ce n’est pas facile, pour prendre de la hauteur. Nous sommes manipulés ici et ailleurs. Parlons-en simplement pour poser un zest de conscience.

Et aujourd’hui, je suis encore plus disponible à cette belle aventure de la vie vivante avec Thomas Marcilly. Je suis d’autant plus disponible à cette expansion que je ressens que « Naître à soi-même » est une décision profonde et responsable. Ce n’est pas que de la théorie et nous en avons non seulement écrit les grandes lignes avec un livre à venir, mais nous sommes bien décidés à venir vous rencontrer ici et ailleurs au cœur de nos conférences/ateliers. La prochaine étant à Lyon le 22 septembre. Il y a aussi ce grand saut à l’autre bout du monde pour le « voyage en soi sur la terre des éléphants » qui en est la quintessence.

Laisser un commentaire