La médiation animale

Nommée aussi « zoothérapie », la médiation animale est de plus en plus connue et pratiquée, même dans les établissements tels que les EHPAD. Et c’est heureux !

Par ailleurs, les adultes comme les enfants (troubles anxieux, affectifs et du comportement, burn out, diverses pathologies psychiques…) retrouvent un contact sécurisant, chaleureux et joyeux. C’est une vraie connexion bienveillante et agissante sur le plan psychologique.

La médiation animale connait quelques nuances selon qui le propose et dans quel contexte. Il y a en effet différents styles : coaching, thérapie comportementale, psycho…

En tout cas, le point commun essentiel, c’est de mettre en lien l’Homme et l’Animal sur un plan humaniste. 

Alliance/Coopération/retraite spirituelle ?

Ce sont les mots qui font sens pour évoquer le voyage initiatique

auprès des éléphants.

En tant que psycho-praticienne relationnel/psychanalyste, je suis assez peu intervenante, privilégiant de vivre cette rencontre dans une qualité de silence et dans l’instant présent. Je laisse advenir en douceur ce qui émerge. Il n’y a pas de techniques. Le programme vient juste poser nos pas ici ou ailleurs pour aller les rencontrer dans les meilleures conditions.

Je privilégie d’être à l’écoute de l’énergie du groupe pour initier des propositions qui favorisent cette reliance. Forte de mon expérience, je sais que « ne rien vouloir » est certainement la voie la plus sacrée pour les rencontrer et les écouter au creux de leur âme comme de nous écouter dans nos profondeurs. 

Goûter à la liberté d’Être dans un cadre sécurisant et privilégié avec des animaux extrêmement conditionnés est une gageure. Une occasion sans doute de faire sauter des verrous et de rendre possible une compréhension de ses propres conditionnements.

Mémoire personnelle, familiale, collective… l’éléphant dans sa dimension sacrée vient ouvrir un espace de rencontre en vérité de nos schémas de vie souvent « enfermants » et souffrants pour en observer la densité et se laisser la possibilité d’y renoncer. 

Un cercle de parole collectif quotidien ou un temps individuel permet de le déposer… 

L’appel des éléphants :

– met au travail puissamment dans le rêve, dès que l’on se décide à venir les rencontrer.

– permet un retour en soi : la  « voie de la profondeur » est un accès à son inconscient et à ses contenus refoulés.

Peut-on parler pour autant de guérison ? Non, ce serait prêter un pouvoir à l’éléphant qu’il n’a pas. Nous ne sommes pas dans la pensée magique mais dans l’effet, d’abord corporel de sa présence et de son énergie, puis, dans l’effet émotionnel/psychique voire spirituel grâce aux connexions subtiles.

Nous pouvons parler de reconnexion à sa véritable nature pour « Oser le vivant, Naître à soi-même »… ce qui est traduit dans mon livre et qui est le fil de cette intention pour le transmettre sur la terre des éléphants. 

La médiation animale, une mode ?

Aller dans des pays exotiques pour vivre cette expérience thérapeutique n’est pas une fin en soi puisque nous avons nos propres animaux domestiques avec qui nous savons aussi créer un lien tout particulier et soutenant dans la réciprocité.

Un stage de médiation animale, (reliance et soins énergétiques, gestion des émotions…) peut très bien s’effectuer avec un chien ou un cheval (équithérapie). J’ai un ami qui propose une retraite spirituelle en compagnie des vaches sacrées. Cela doit être d’une grande douceur.

Quant à moi, je suis adepte de la « ronronthérapie », ce qui est le propre du chat mais aussi des éléphants.

Je suis assez confiante avec l’idée que c’est possible aussi avec un chat même si c’est plus aléatoire compte tenu de son autonomie. Et je peux vous assurer que l’on peut le vivre avec les éléphants.

On parle aussi beaucoup des dauphins et des baleines. Ce sont des animaux avec un symbolique très fort dans nos traditions.

Par Boris Cyrulnik : la médiation animale

« La médiation animale, également appelée zoothérapie, a été découverte durant la seconde moitié du vingtième siècle par le pédopsychiatre Boris Levinson.

C’est en 1950 qu’il révèle le rôle de déclencheur social que peuvent jouer les animaux envers l’homme. Selon lui, les animaux sont particulièrement utiles aux personnes qui atteignent des stades plus fragiles de leur vie (perte d’autonomie, vieillissement, maladie isolement, solitude, dépression). En 1964, Boris Levinson arrive à créer le contact avec un enfant psychologiquement dérangé grâce à la présence de son chien. Il développe alors la théorie de la Pet Oriented Child Psychotherapy appelée communément zoothérapie.

Quelques années plus tard, en 1977, Sam et Elisabeth Corson ont mené une étude sur 50 patients hospitalisés. Ils ont introduit des chiens dans les chambres des malades et constaté que les animaux avaient agi comme un déclencheur social, forgeant un lien positif entre les patients et le personnel de l’hôpital. Les patients ont en outre développé un aspect renforcé d’indépendance et de confiance en soi.

Je cite ces deux études à l’importance historique avérée, mais les expériences se sont succédées au fil des années et les techniques de thérapie animale se sont développées d’une part à destination des personnes âgées, notamment celles atteinte de maladies neuro-dégénératives, d’autre part à destination des enfants autistes. »

Déontologie et médiation animale

Les éléphants sont domestiqués dès leur plus jeune âge. C’est-à-dire qu’ils sont dressés et parfois, mais cela tend à disparaître, dans de terribles conditions. Cette tradition se perd.

Cependant, les éléphants de plus de 20 ans que nous rencontrons ont forcément étaient arrachés à leur mère et dressés violemment pour obéir à leur propriétaire. Ils resteraient à l’état sauvage si l’homme n’y mettait pas son grain de sel.

La tendance est de les réintégrer de plus en plus dans leur milieu naturel (Chang chill camp elephant …)

Je veille à ce que les éléphants que nous rencontrons vivent dans de bonnes conditions au plus près de leurs besoins naturels. La zoothérapie et les stages (voyages initiatiques, spirituels, éthiques) avec les animaux peuvent être critiqués à juste raison si les conditions de vie de l’animal ne sont pas respectueuses de ses besoins. Attention au miroir aux alouettes. Des camps répondent à la demande et retournent leur veste dès que le touriste a tourné les talons. Mon partenaire privilégié Safarine tours Thaïlande me garantit tous les ans le sérieux des camps où nous nous rendons.

Source de revenus, il n’est pas encore admis qu’ils puissent vivre en totale liberté et rejoindre les éléphants sauvages. S’adapteraient-ils d’ailleurs ? Oui, si la réintégration se fait progressivement.

Les camps éthiques que je connais font de leur mieux pour allier le bien-être de l’éléphant et leur besoin de créer une activité touristique.

Rencontrer les éléphants dans ces camps privilégiés, c’est leur permettre de garder cet équilibre entre le soin et l’activité nécessaire à leur survie. Oui, tout est en interdépendance.

En participant à un tel voyage intiatique, qui est comme un stage de ressourcement, nous favorisons la reconversion des camps et la transformation des mentalités. C’est en cela qu’il est éthique et solidaire. C’est grâce à une meilleure qualité de vie que les éléphants peuvent se prêter à une médiation auprès des humains car nous sommes vraiment dans l’ouverture du cœur et la bienveillance.

Le voyage initiatique auprès des éléphants est un voyage thérapeutique

Ce séjour de ressourcement, au nom de la relation d’aide, ressert l’Alliance avec le monde animal. Une alliance au service de notre évolution et de notre mieux-être : un donner/recevoir dans une réciprocité de bientraitance.

Oui, l’éléphant est un médiateur.

La médiation animale prend tout son sens grâce à leur présence si singulière.

Leur contact est récréatif mais surtout thérapeutique. Leur présence imposante, leur démarche ondulante, leur regard pénétrant… en font un animal très communicant qui nous ramène à un état de calme intérieur. La médiation animale est la voie royale pour vivre cette communion.

Les randonnées en forêt, les baignades et les jeux de boue prennent une dimension de soins naturels. Les éléphants nous transmettent une belle énergie et ils apaisent nos pensées. L’émotion est souvent au rendez-vous tant nous retrouvons une âme d’enfant. Nous nous retrouvons dans une dimension authentique et spirituelle.

L’éléphant est un guérisseur. Il potentialise le travail du thérapeute. Il est un Être Sensible. Son élan de vie, pour ne pas dire de survie, nous enseigne ce qui est en nous depuis les temps anciens. Il nous enseigne de revenir à l’essentiel !

Il nous réinscrit dans :

  • Une meilleure adaptation à toute situation,
  • Un processus très vivant pour surmonter les épreuves,
  • Un retour aux sensations du corps pour quitter un mental trop fort,
  • Une vie en pleine conscience…

Le contact avec l’éléphant dans ce qu’il propose du fait de sa posture impressionnante provoque un sentiment de dépassement et de confiance.

Le voyage propose de vivre cette Alliance/Reliance/médiation animale

  • Immersion dans une nature sauvage (montagne, torrent, rizière…).
  • Prendre soin de vous et grandir en soi – intériorité – quête spirituelle
  • Randonnées en forêt, en silence, au rythme de l’éléphant, être dans l’instant présent
  • Se laisser approcher, plonger son regard dans le leur, ressentir leur présence agissante
  • Lâcher prise pour se vivre pleinement cette rencontre pleine conscience
  • Baignades et jeux dans la boue dans le plus grand respect de leur espace
  • Méditations, temps de silence, relaxation, cercles de parole, voyages intérieurs, dépassement de soi… Oser être soi…
  • Rencontrer le peuple Karen et leurs éléphants dans des camps éthiques. (Karen Elephant, Chang Chill…). Nous apportons des moyens humains et financiers pour encourager la bientraitance des éléphants
  • Développer la dimension humanitaire et solidaire des voyages en Thaïlande
  • S’engager auprès des enfants (art-thérapie – méditation – chant – jeux…). Toutes les idées sont les bienvenues
  • Nous apportons des moyens humains et financiers. Notre qualité de présence se déploiera auprès des enfants d’un orphelinat ou dans les villages pour une cohérence avec notre projet : alliance homme/animal. Il est vraiment question d’Etre en Relation.

Nous voulons faire de ce voyage un séjour éthique et équitable. Chaque partie est actrice d’un choix solidaire pour ne pas dire humanitaire.

S’adresse :

  • A toutes personnes installées dans une quête spirituelle. Une dimension sacrée s’ouvrira encore plus à vous pour nourrir une nouvelle relation de vous à vous et une nouvelle relation entre vous et le monde animal. J’aime la nommer la [voie de la profondeur].
  • A toutes personnes désireuses de s’installer dans une démarche éthique et solidaire où la rencontre avec les éléphants donne encore plus de sens.
  • Aux personnes installées dans une démarche de cheminement intérieur.
  • Aux amoureux de la nature qui souhaitent partager la vie quotidienne des éléphants en prenant soin d’eux.
  • A des professionnels de l’accompagnement qui désire questionner leur posture et développer leur qualité d’Accueil, Présence, Écoute…

C’est ce qui se vit au cours du voyage initiatique que j’ai nommé « Voyage en soi sur la terre des éléphants ».

Je vous propose de prendre contact avec moi pour plus de renseignements sur ce voyage solidaire et humanitaire organisé en Thaïlande dans la région de Chiang Maï. Ainsi je pourrais vous transmettre la brochure de présentation.

C’est avec l’agence Safarine Tours Thaïland que vous serez pris en charge dans les meilleures conditions de voyage.

Retrouver les grands principes du voyage spirituel dans mon  livre : Oser le vivant, Naître à soi-même – www.edilivre.com