Ces articles ont bien été ajoutés à votre panier.

Thaïlande : l’appel des éléphants

Thaïlande l'appel des éléphants

Thaïlande : l’appel des éléphants

Chère « thérapeute/éléphante »…. Tu as le secret de la transformation de la violence et de la colère en douceur… Enseignes-moi !!!!

Je contacte ta souffrance par la magie du corps à corps et je contacte la transmutation de cette souffrance que tu me transmets.

Ce ressenti entraîne en moi une vague d’émotions, un sanglot que je ne stoppe pas : les larmes éléphants ont un pouvoir de régénération.

Inexplicable et non interprétable, juste à accueillir et à laisser aller. Je me sens bercée, je suis couchée sur le ventre sur la belle et sa chaleur ainsi que son pas moelleux me ramène à un ancien de ma vie ou d’une autre, une vie d’avant ou d’ailleurs ? Je ne sais et je laisse passer « le quoi et le comment » pour ne vivre que l’instant présent de cette communion en vérité.

A chaque éléphante approchée une même rencontre sans barrières, sans retenues. Je bénis mes larmes éléphant. Le travail en conscience accompagne tous les jours un lâcher-prise, une descente en moi au plus profond. Il se révèle alors l’inconnu du refoulé qui émerge en douceur pour se déposer dans mes larmes et la joie d’être là où je sais que je devais être.

Bienvenue chez moi.

Le peuple des éléphants est mon peuple. Je retrouve ma famille. Je sais où je dois être et comment dans ma vie quotidienne je vais pouvoir me relier à ma source. Je sais, comme chacune, transmuter toute souffrance en puissance et en sagesse. La douceur de ma vie revient en moi et me fait reprendre mon souffle. Je quitte l’apnée d’une vie intense et bien trop orientée encore vers le faire même si je suis en chemin de l’Etre à chérir en priorité.

Au-delà et par-dessus tout, j’apprends que la vie est donnée et que je peux m’y installer à la bonne fréquence avec ce qui est l’élan de vie et de passion que je n’ose pas toujours révéler. Joie et gratitude !

Larmes éléphants comme larmes du petit enfant qui découvre la beauté du monde malgré tout…

Laisser un commentaire